CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par nIzLa le Dim 15 Aoû - 20:48

«c’est une perte pour sa famille et pour ses amis islamo-baathistes».

_________________
Le pouvoir de l'amour ne doit jamais nous mener à l'amour du pouvoir.......
avatar
nIzLa
Les Rois du Forum

Masculin Nombre de messages : 5344
Age : 60
Localisation : en tout cas pas chez toi
Date d'inscription : 15/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par Rastacool le Dim 15 Aoû - 21:08

C'est ce qu'il a dis a la mort de Tahar Djaout .

_________________
Le Real Madrid est la meilleure équipe de la dernière décennie en Espagne.
Selon les classements de la FIFA et de l'IFFHS, le Real Madrid est la meilleure équipe de la dernière décennie en Espagne. Le club madrilène, avec 788 points, devance Barcelone qui en totalise 766. Lors des dix dernières années, le Real Madrid a gagné 240 fois en Liga contre 226 pour Barcelone. rasta
avatar
Rastacool
Admin
Admin

Masculin Nombre de messages : 33672
Age : 33
Localisation : Bougie
Date d'inscription : 13/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.jsmbejaia.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par nIzLa le Lun 16 Aoû - 2:44

Rastacool a écrit:C'est ce qu'il a dis a la mort de Tahar Djaout .


Yes ...c'est du tac au tac


_________________
Le pouvoir de l'amour ne doit jamais nous mener à l'amour du pouvoir.......
avatar
nIzLa
Les Rois du Forum

Masculin Nombre de messages : 5344
Age : 60
Localisation : en tout cas pas chez toi
Date d'inscription : 15/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par MIM0U le Lun 16 Aoû - 3:05

Il ne représentait que lui même, il n'a rien avoir avec l'Islam
avatar
MIM0U
Forumiste de l'Année
Forumiste de l'Année

Masculin Nombre de messages : 9203
Age : 33
Localisation : Saldae
Date d'inscription : 10/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.ultrasjokers.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par nIzLa le Lun 16 Aoû - 3:09

MIM0U a écrit:Il ne représentait que lui même, il n'a rien avoir avec l'Islam

Bien sûr....les islamo baathistes n'ont rien à voir avec l'islam.....mais ils l'utilisent beaucoup et malheureusement MAL très MAL

_________________
Le pouvoir de l'amour ne doit jamais nous mener à l'amour du pouvoir.......
avatar
nIzLa
Les Rois du Forum

Masculin Nombre de messages : 5344
Age : 60
Localisation : en tout cas pas chez toi
Date d'inscription : 15/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par MIM0U le Lun 16 Aoû - 3:47

Rastacool a écrit:C'est ce qu'il a dis a la mort de Tahar Djaout .

Il a dit c'est une perte uniquement pour sa famille ainsi que la France!! Normal, puisque il n'est pas de son niveau, donc pas de critiques littéraires, en plus on ne dit jamais des trucs pareil sur quelqu'un qui décède s'il été vraiment un musulman!!!
avatar
MIM0U
Forumiste de l'Année
Forumiste de l'Année

Masculin Nombre de messages : 9203
Age : 33
Localisation : Saldae
Date d'inscription : 10/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.ultrasjokers.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par nIzLa le Jeu 19 Aoû - 23:37

Algérie-Égypte le match se joue toujours???


L’incident du bus d’Al-Ahly vient nous rappeler qu’ici et là-bas on entretient la haine comme on entretiendrait le plus puissant des opiums populaires et qu’en politique, pour reprendre Tocqueville, la communauté des haines fait presque toujours le fond des amitiés. J’entends les récents alliés du régime égyptien, ceux qui, il y a à peine cinq ans, défendaient Orascom de Sawiris contre les journalistes algériens, les journalistes de leur pays, j’entends ceux qui menaçaient Le Matin de poursuites judiciaires pour s’être attaqué à l’empire égyptien protégé par Bouteflika, j’entends les voix ancillaires qui protégeaient l’Egypte de Sawiris pour un plat de lentilles, je les entends, à Alger, appeler à « la chasse à l’Egyptien ».
A quoi jouaient-ils, la ministre de la Culture, Khalida Toumi et Smaïn Ameziane, patron de Casbah Editions, dirigeant du syndicat des
éditeurs algériens et commissaire du Salon international du livre d’Alger, à raviver le chauvinisme, neuf mois après les évènements du Caire, à le transposer du football vers la culture ? On les entend encore, l’accent ronflant et le menton napoléonien, annoncer leur nouvelle campagne d’Egypte et le bannissement du pays de Naguib Mahfouz du prochain Salon du livre d’Alger.« Non, je ne veux pas des Egyptiens ! Ils ont agressé nos joueurs et nos joueurs à l’étranger, c’est notre porte-drapeau, on a touché à un drapeau…»
Etait-ce le rôle d’une ministre de la Culture et d’un éditeur réputé de s’abandonner à une Tartarinade populiste, d’abuser de la flatterie des bas instincts et, au final, de semer la haine, pour je ne sais combien de temps, la haine là où ne devrait pousser que la passion, la curiosité, le savoir : dans le monde des livres ?
Il résonne encore, ce discours guerrier, cette gouaille et ces quolibets qu’ils distribuaient au mépris du seul devoir qui était attendu d’eux, le devoir d’éclairer et non de plaire, d’imposer l’humanité et non la médiocrité.
Oui, à quoi jouaient-ils alors, l’ami Ameziane et Mme Toumi, lui plastronnant devant les journalistes – « Je suis le commissaire du Salon du livre et je décide souverainement ! » - et elle, avec une belle adresse, se chargeant le lendemain de le relayer avec cette voix affectée qu’on lui connait désormais : « C’est vrai, il est souverain ! Il a tout mon soutien » ? Mesuraient-ils l’ampleur de leur impair, que dis-je, de leur forfait ? « Ma conscience ne me permet pas d’inviter les Egyptiens…Quand on n’est pas le bienvenu, on ne s’impose pas ! »
Les« Egyptiens » ? Est-ce ainsi qu’on désigne une confrérie littéraire égyptienne dont il omet de dire qu’elle est au cœur d’un combat décisif
contre l’obscurantisme ? Lui plus que d’autres, devrait savoir ce que signifierait pour notre pays de censurer Al Ghitani, Sonalah Ibrahim,
Alaa Al Aswani, Nabil Naoum, Adel Iskander ou Mahmoud Amine al-Alem, monstres de la littérature arabe moderne, infatigables chercheurs de
lumière dans un pays menacé par l’intégrisme ? Alger devient-elle l’incinérateur des œuvres de Naguib Mahfouz ? Il ne suffisait pas à
Idris Ali d’être arrêté en pleine Foire internationale du livre du Caire sur plainte du président Mouammar Kadhafi, après son livre "Le Guide se
coupe les cheveux », il lui faut aussi être exclu du Salon d’Alger ! Il ne suffisait pas à Nawal Saadaoui d’être malmenée par le gouvernement
et le Conseil supérieur des affaires islamiques, ses livres interdits, elle forcée à l’exil, Nawal Saadaoui qui tenait la main de notre
ministre de la Culture du temps où elle répondait au nom de Khalida Messaoudi…
Cette façon de traiter par la morgue le Syndicat des écrivains égyptiens qui lutte, seul, contre les bastions de l’islamisme pour sauver de la censure le chef-d'œuvre de la littérature arabe, Les Mille et Une Nuits, considéré comme obscènes par les islamistes, qui fait face aux lobbies intégristes et pro-israéliens, cette arrogance de la 25è heure est factice, emprunté, simulé et, pour tout dire, hypocrite.
Elle ressemble fort à une diatribe conçue en haut lieu, s’intégrant parfaitement dans cette politique du pouvoir algérien qui, depuis 10 ans, consiste à trahir les créateurs et les démocrates pour leur préférer les derviches et les coquins. Quand Ameziane dit : « Ma conscience ne me permet pas d’inviter les Egyptiens », il oublie de préciser qu’elle ne permet pas, non plus, d’inviter les Algériens, Sansal, Bachi, Benchicou ou Mehdi El-Djazairi. Et il était cocasse de l’entendre « regretter » le silence du Syndicat des écrivains égyptiens devant « la campagne anti-algérienne », quand lui-même a beaucoup à se justifier sur ses propres silences, les silences sur les livres brûlés, sur les écrivains interdits, sur Adonis calomnié et Sansal excommunié, sur le maccarthysme qui frappe les éditeurs mal aimés, sur le dépôt légal transformé en « autorisation d’éditer », sur les descentes policières dans les imprimeries, sur les auteurs interdits de sortie du territoire national. Et que d’autres silences encore… On aurait presque envie de donner raison à l’écrivain polonais Stanislaw Jerzy Lec: « Quand aucun vent ne souffle, même les girouettes ont du caractère. »
Oui, tout ceci ressemble à diatribe conçue en haut lieu, s’intégrant parfaitement dans cette politique du pouvoir algérien qui, depuis 10 ans, consiste à à s’afficher avec l’Egypte de la censure et de l’intrigue, l’Egypte des dignitaires, de Sawiris des fatwas et des inquisiteurs cléricaux de l'Université d'Al-Azhar et du Conseil supérieur des affaires islamiques, une politique au nom de laquelle une femme comme Siham sensedrine est interdite de séjour en Algérie quand les chefs intégristes des quatre coins de la planète y sont accueillis avec ferveur.
C’est ainsi : on commence par interdire un livre, puis son auteur, et on finit par accueillir les assassins de Djaout et Naguib Mafouz.
C’est en totale cohérence avec la politique de « réconciliation nationale ».
Rappelons-nous.Il y a trois ans de cela, alors qu’il venait d’interdire aux journalistes algériens de se réunir à Tizi- Ouzou et aux associations de victimes du terrorisme de se rencontrer à Alger, le gouvernement algérien ouvrait les bras à quinze mouvements islamistes, dont les
Frères musulmans égyptiens, venus débattre, à Sidi- Fredj d’un thème d'actualité : “Les islamistes et la participation au pouvoir.” Comme par
un funeste hasard, c’était aussi le jour où un des plus anciens chefs patriotes, un certain Gharbi Mohamed, était condamné à vie pour avoir
riposté aux provocations d'un terroriste repenti. Gharbi ou Sawiris, il faut choisir
Aussi,quand le commissaire du Salon international du livre d’Alger clame tout haut : « Ma conscience ne me permet pas d’inviter les Egyptiens… », il ne parle pas de l’Egypte d’Ibrahim Nafaâ, accueilli en grandes pompes, l’homme qui avait fait de l’Union des journalistes arabes une honorable confrérie des trois singes, n’ayant rien entendu quand Abdel-Méguid et Naguib Mahfouz protestaient, en solitaires, contre le sort fait à Nawal Sâadaoui, n’ayant rien vu quand l’on menaçait de retirer à Naguib Mahfouz la qualité d’écrivain, n’ayant rien dit lorsque le directeur du quotidien cairote Saout El Ouma, Issam Fahmi était condamné à six mois de prison pour s'être attaqué à l'empire puissant des Sawiris. Quand Ameziane clame tout haut : « Ma conscience ne me permet pas d’inviter les Egyptiens… », il ne parle pas de l’Egypte du vénérable cheikh Sayed Mohamed Tantaoui que le lexique officiel verse au fichier des islamistes modérés, autrement dit, ironise un confrère, ceux qui remplissent les chargeurs mais ne pressent pas sur la gâchette. Le cheikh Tantaoui devenu la fréquentation favorite du président Bouteflika à l’époque où, s’irritant des libertés que la presse indépendante d’Egypte prenait avec certains sujets délicats comme la santé du président Moubarak, il préconisait 80 coups de fouet contre tout journaliste qui écrirait des mensonges, étant entendu qu’est considéré comme mensonge tout écrit non
conforme à la versions officielle.Cette Egypte-là, ils s’en sont toujours accommodés.Diable,il n’est pas si loin, ce temps où, à Alger, le monde de la culture algéroise se mettait au service de Sawiris, Sawiris l’Egyptien, sa pub, ses cadeaux, ses voyages. Il n’est pas si loin, ce temps où l’on trahissait ce drapeau pour l’obole de Sawiris ! Rappelez-vous, Khalida Toumi alors ministre de la communication, défendant les intérêts
égyptiens contre les journalistes de son pays, menaçant le Matin de poursuites judiciaires pour avoir révélé les dessous de l’affaire Sawiris, allant jusqu’à diffuser des « contre-enquêtes » dans des chaînes de radio publiques, signant un éditorial sur la chaîne III, réhabilitant Orascom. Ah, l’obole Sawiris ! Rappelons-nous, le petit cercle de l’édition algéroise, conduit par l’ami Smaïl Ameziane, déroulant un tapis rouge sous les pieds du responsable de la communication de Djezzy promu écrivain distingué, Djezzy de Sawiris, Djezzy l’égyptienne ! J’ignore si les talents littéraires de cet illustre confrère – à qui on souhaite bien du succès - le disposaient à disputer le Prix des libraires à Rachid Boudjedra, mais je crains fort que le gratin de l’édition ait moins voulu distinguer l’écrivain que l’employé de Sawiris l’Egyptien, Sawiris, sa pub et ses cadeaux, ses oboles, Sawiris l’ami de Bouteflika, Seigneur Sawiris, avant qu’il ne soit maudit à l’issue d’un match de football.
De cette Egypte-là, ils s’en accommoderont toujours. Après l’orage, ils se jetteront dans ses bras.
La communauté des haines fait presque toujours le fond des amitiés.
Gharbi ou Sawiris. Eux, ils ont choisi.
M.B.


A toi mon ami le bougiote....qui regrette la baisse du niveau des discutions sur le forum......Relevons le niveau en débattant ....à nos claviers!!!!!!!
PS: il y'a des sujets dans ce topic.....qui appelaient débat....mais point de trace de notre ami le bougiote ....lui qui se désole de faible niveau de ce forum.

_________________
Le pouvoir de l'amour ne doit jamais nous mener à l'amour du pouvoir.......
avatar
nIzLa
Les Rois du Forum

Masculin Nombre de messages : 5344
Age : 60
Localisation : en tout cas pas chez toi
Date d'inscription : 15/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par nIzLa le Ven 27 Aoû - 23:56

De ktabet cinima(les romans) au kamis…

Moi, je reviens à Blek le roc !




L'Algérie est toujours là mais posons-nous une petite question: quelle est la représentation d'une Algérie indépendante avaient nos concitoyens lorsqu'ils ont déclenché la guerre de libération nationale? Une Algérie arabisée et islamiste, une Algérie démocratique à la française, une Algérie à l'égyptienne,...? Mettez-vous à la place de Messali El Hadj, de Abane, de Yacef Saadi, de qui vous voulez en fin de compte.Premier modèle (que moi j'ai vécu) : Bab El oued juste dans la fin des années 70( nous ne sommes pas avant 1962) :
«Je descends avec mes trois copains de Notre dame D'Afrique en Trolleybus. Je demande l'arrêt au chauffeur car cet arrêt-là est facultatif (l'arrêt à l'extérieur en porte la mention). Le Trolley s'arrête au terminus. Nous allons du côté du café l'Olympique pour voir le tableau des résultats sportifs. On remarque que juste en face de la station de taxi, des copains du quartier , prenaient des bières. ON s'est barré parce que nous n'avons pas le même âge (lakdar kho!!) Les taxis peints en jaune et les chauffeurs en uniforme attendaient qui voulait monter. On se demandait quel film on allait voir et quel cinéma:Atlas, Marignan, Variétés, Plaza , la Perle, Monciné, Richelieu ...Pourtant, il y avant « Le Bon, la Brute et le Truand». Non, on décide d'aller au centre ville, pour draguer et peut-être se prendre une bonne frite et une bière au Bar Marhaba de la Rue Charras (Hamani). On verra le film en deuxième matinée ou en soirée. On était lycéen et on parlait de nos copains qui allaient passer leur bac en sciences ex. ou en maths en français. En route , on s'arrête chez un buraliste ( Rue d'Isly en face du Milk Bar) et on se paie à 0,55 dinars le dernier Blek et un Zembla. L'un des copains s'achète un Salut les copains et un disque de Gérard le Normand (45 tours). On nous a dit que cette semaine, au Casif à Sidi Ferruch, on attend Nana Mouskouri et Frédéric François. L'un des copains nous dit que son grand frère (22 ans) va aller en Pologne puis en Espagne en fin de semaine (Pas de Visa)....»
Ce que je décris est vrai et se résume en : bilinguisme, cinéma, théâtre, voyages, football, études, les fêtes, la drague, ktabat cinima (les
illustrés)...Avec une dictature en arrière-plan et un régime socialiste à la cubaine. On n'aimait pas nos gouvernants mais on aspirait à un meilleur idéal. On ne traversait pas la méditerranée en flouka. Bien au contraire, on ne voulait pas rester en France.
Aujourd'hui, un autre modèle et une autre réalité qui plaît à beaucoup: kamiss, les halakates, les barbes, les foulards avec fesses en l'air, les journaux en arabe, la bouffe partout,le pain dans la rue, le trabendisme, violence, aucune vie culturelle à part la mosquée et les livres de religion musulmane. Alors à nous tous de voir le modèle à choisir.
Excusez-moi, je reviens à Blek le Roc !
El-Barani

_________________
Le pouvoir de l'amour ne doit jamais nous mener à l'amour du pouvoir.......
avatar
nIzLa
Les Rois du Forum

Masculin Nombre de messages : 5344
Age : 60
Localisation : en tout cas pas chez toi
Date d'inscription : 15/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par lebougiote le Sam 28 Aoû - 12:43

Conférence-débat du FFS à Béjaïa : La wilaya est écartée du programme national de développement”
28 Aout 2010
B. Mouhoub

L’essentiel à retenir de la conférence-débat sous le thème : développement économique de la wilaya : réalités et perspectives” co-animée dans la soirée du jeudi à la Maison de la culture de Béjaïa par Khalef Farid, 1er secrétaire fédéral fu FFS de Béjaïa et par Ferhat Hamid P/APW et membre du conseil national du FFS, est que les deux intervenants dans leurs critiques à l’endroit du pouvoir n’ont pas été du tout avec le dos de la cuillère.
Si pour Khalef Farid “aucun espoir d’un avenir meilleur n’est permis sans changement réel du mode de gouvernance”, Hamid Ferhat, quant à lui, de demander “s’il y a réellement un pouvoir en Algérie”.
Analysant la situation économique de la région, les deux conférenciers ont été unanimes à constater que “la wilaya de Béjaïa du fait qu’elle est rebelle et frondeuse est marginalisée et écartée du programme national de développement”. Abordant le plan quinquennal 2010-2014, le 1er secrétaire fédéral du FFS indique que celui-ci est “un leurre pour les populations de la région que le pouvoir cherche à asphyxier économiquement pour les faire abdiquer sur le plan politique”.
Car “ce plan, explique-t-il, même s’il est annoncé avec un grand tapage médiatique occulte à dessein des pans entières de développement comme entre autres, les routes et le rail”.
Au cours de son intervention, le P/APW a martelé que “si l’Algérie est un pays riche, sa population par contre est très pauvre”. Parlant du plan 2005-2009, il souligne que “ce dernier est passé tout à fait inaperçu et n’a apporté aucun plus aux citoyens qui continuent à vivre dans un dénuement presque total.” Remettant en cause le taux de croissance économique de 6,9% donné par le gouvernement, car selon lui, il n’est pas calculé par rapport à la production économique qui est nulle, il fustige le ministre de la PME et de la PMI d’avoir fait promulguer sept lois pour tout centraliser tout geler au niveau d’Alger pour qu’il n’y ait pas de développement. Concernant la wilaya de Béjaïa, il rappelle que deux mois après l’installation de l’APW, celle-ci a mis sur pied une commission mixte composée d’élus de toutes tendances confondues et de fonctionnaires. Et après avoir recensé les besoins de la wilaya sur le plan économique, elle a établi un plan de développement à trois temps, court, moyen et long terme, en tenant compte des capacités de réalisation de la wilaya. Ce plan est d’un montant de 266 milliards de DA et n’inclut pas la pénétrante autoroute est-ouest et le CHU. Le P/APW déplore le fait que la proposition soit restée lettre morte à ce jour, comme il déplore également le fait que le président de la République n’a donné aucune suite à la promesse du plan spécial de développement de la wilaya. Quant au plan quinquennal 2010-2014, qu’il dit annoncé à grand renfort de publicité, il estime qu’il est gonflé à 407 milliards de DA alors qu’il n’est en réalité que de 150 milliards de DA, si l’on en défalque les 190 milliards de la pénétrante normalement inscrit et le CHU, des projets en cours de réalisation ou déjà achevés à l’exemple de la trémie d’Akbou. La conférence ajoute que le plan quinquennal 2010-2014 , qui fait l’impasse sur le plan spécial de développement ne retient pas l’extension du port et de l’aéroport, le dédoublement de la RN 26 et de la RN 9, la réhabilitation des chemins de wilaya, la réalisation de projets hydrauliques telles les stations d’épuration pour 9 communes et le stade omnisports pour la wilaya de Béjaïa, qui est la cinquième au plan national.

B. Mouhoub
avatar
lebougiote
Membre Actif
Membre Actif

Masculin Nombre de messages : 3124
Age : 64
Date d'inscription : 06/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par nIzLa le Sam 28 Aoû - 19:21

Tu crois sincèrement que c'est le bon topic...pour ce genre d'articles à la con .Il y'a des topiques qui conviennent...

_________________
Le pouvoir de l'amour ne doit jamais nous mener à l'amour du pouvoir.......
avatar
nIzLa
Les Rois du Forum

Masculin Nombre de messages : 5344
Age : 60
Localisation : en tout cas pas chez toi
Date d'inscription : 15/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par MIM0U le Sam 28 Aoû - 19:44

nIzLa a écrit:
Tu crois sincèrement que c'est le bon topic...pour ce genre d'articles à la con .Il y'a des topiques qui conviennent...

Karim Tabou & co
avatar
MIM0U
Forumiste de l'Année
Forumiste de l'Année

Masculin Nombre de messages : 9203
Age : 33
Localisation : Saldae
Date d'inscription : 10/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.ultrasjokers.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par lebougiote le Sam 28 Aoû - 21:12

effectivement tu as raison, j'aurais pu l'insérer dans le topic sur Béjaia, mais le sujet abordé mérite peut être reflexion, Ou en est Béjaia avec son plan de développement. ( faire abstraction de toute coloration politique)
avatar
lebougiote
Membre Actif
Membre Actif

Masculin Nombre de messages : 3124
Age : 64
Date d'inscription : 06/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par nIzLa le Jeu 2 Sep - 5:13

Conquête arabe de l’Afrique du nord
Le conflit entre Kusayla et ‘Uqba


Le conflit entre `Uqba et Kusayla illustre parfaitement le débat qui n’a cessé de diviser les Musulmans et qui oppose ceux qui, au nom du rigorisme, proclament que l’immersion dans l’Islam doit être totale et ceux qui soutiennent que l’on peut être musulman en conservant sa culture et sa tradition ancestrale.

Par Djamel Souidi

Partis d’Arabie pour répandre l’Islam dans le monde, les Arabes parviennent en 15 années (632-647) à conquérir un immense territoire qui s’étend de la Méditerranée aux confins de la Chine. Il leur faudra pourtant 67 ans (643-710) pour achever la conquête de l’Afrique du nord qui deviendra dès lors le Maghreb. Durant cette longue période, ponctuée de violence, de batailles et de temps d’accalmies, émergent des personnages qui marqueront l’histoire du Maghreb ; parmi eux, se détachent Kusayla et ‘Uqba ibn Nafi’.

Fils de Lamzam, Kusayla, légendaire roi des Berbères, était chef de la puissante confédération des Awraba et gouvernait au milieu du 7ème siècle (1er siècle de l’Hégire), un immense territoire s’étendant des Aurès à Walila (Volubilis), ancienne cité au nord de l’actuel Maroc.

Chrétien d’après certaines sources, adepte de la religion traditionnelle pour d’autres, Kusayla se convertit à l’Islam après la bataille qui l’oppose à Abû al-Muhajir, le gouverneur arabe de Kairouan, qui compte sur Kusayla, dont l’autorité est grande, pour convaincre d’autres chefs berbères à embrasser l’Islam. La politique d’Abû al-Muhajir répond à la volonté du calife umayyade Muawiya de convertir les peuples par la persuasion du prêche et non par les armes.

La mort de Muawiya entraîne un changement de stratégie dans la propagation de l’Islam. En Afrique du nord, cette nouvelle politique se caractérise par la conversion forcée à l’Islam et l’application aux Berbères musulmans de cette région de la qualification de convertis par la force, donc astreints au paiement de la capitation et à la levée parmi eux d’esclaves.

En 682, le calife Yazid ibn Muawiya nomme `Uqba ibn Nâfi` al-Kuraïchî al-Fihrî gouverneur de Kairouan. Membre de l’aristocratie arabe, `Uqba avait déjà effectué plusieurs séjours au Maghreb où son nom reste très étroitement lié à l’islamisation de cette partie du monde musulman.

En 670, lors de sa seconde expédition, ‘Uqba avait conquis Ghadamès, au sud-ouest de l’actuelle Libye puis, remontant vers le nord, avait pénétré en Ifriqiya et pris Gafsa. Méditant sur les déboires de ses prédécesseurs dans leur conquête du Maghreb, `Uqba avait décidé de fonder une ville pour servir de base de départ aux opérations militaires vers l’ouest. Il avait choisi, pour cela, un site à l’intérieur des terres, au débouché de la route qui vient d’Orient, et jeté les fondations de Kairouan (le camp) après avoir, selon la légende, ordonné à tous les animaux nuisibles de quitter cette cité fondée pour servir la gloire de l’Islam. Il la dota des édifices nécessaires pour cela : Grande-mosquée, Palais du gouvernement, casernes, et la nouvelle cité s’agrandit rapidement.

Mais le gouvernement de `Uqba ibn Nâfi` au Maghreb n’avait duré que trois années ; le calife Muawiya, devant les plaintes d’exactions et de violence contre ‘Uqba et les rumeurs affirmant que ce dernier allait se déclarer indépendant au Maghreb, l’avait relevé de sa charge. Il fut remplacé par Abû al-Muhajir qui, nous l’avons vu, parvient à convertir Kusayla à l’Islam. Mais, en 682, dix ans après son précédent séjour, `Uqba ibn Nâfi` est à nouveau nommé gouverneur à Kairouan et les sources historiques arabes sont pleines de contes merveilleux et légendaires concernant sa marche vers l’ouest.

`Uqba entreprend la conquête du reste du Maghreb et quitte Kairouan en emmenant avec lui son prédécesseur Abû al-Muhajir et le Roi berbère Kusayla, dont, dit-on, il doute de la sincérité de la conversion et traite avec mépris. Malgré les remontrances de Abû al-Muhajir qui lui reproche sa conduite, `Uqba persiste dans son attitude et, lors d’une halte, ordonne à Kusayla d’égorger un mouton. Celui-ci s’adresse à ses esclaves et leur demande de sacrifier l’animal, mais `Uqba, malgré l’opposition de Abû al-Muhajir, insiste pour que le sacrifice soit accompli par le chef berbère lui-même. Kusayla immole le mouton et trempant sa main dans le sang se la passe sur la barbe, accomplissant ainsi ce signe qui, au Maghreb, consiste à se passer la main sur le bas du visage pour menacer quelqu’un ; un vieil officier arabe familier des coutumes berbères avertit `Uqba que Kusayla venait de jurer de se venger.

Quelque temps plus tard, Kusayla s’évade et, ayant rassemblé ses troupes, attaque `Uqba à Tehouda près de Biskra, où tous les cavaliers arabes, même Abû al-Muhajir, sont tués (682). Sur le lieu de la bataille, `Uqba et ses compagnons sont enterrés et un mausolée recouvrira la tombe de celui que les populations vénéreront en allant en pèlerinage à Sidi `Uqba.

Poursuivant sa marche vers l’est, Kusayla s’empare de Kairouan, en 683, et règne sur tout le Maghreb, durant cinq années, en conservant sa foi musulmane et en protégeant les Musulmans. En 688, une armée arabe conduite par Zuhair ibn Kays pénètre en Ifriqiya ; la bataille entre les deux adversaires se déroule à Mams, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Kairouan, et voit la défaite et la mort de Kusayla.

Le conflit qui a opposé `Uqba et Kusayla a suscité beaucoup de commentaires et de lectures. Comme nous l’avons souligné plus haut, les comportements de `Uqba et de Abû al-Muhajir sont différents et s’inscrivent dans deux visions opposées de la diffusion et de l’expansion de l’Islam.

Lorsque `Uqba revient au Maghreb pour en continuer la conquête, les tenants de la manière forte l’ont emporté à Damas ; le paiement de lourdes taxes et les milliers d’esclaves qui sont acheminés vers l’Orient le démontrent clairement. Par ailleurs dans son extrémisme, `Uqba ne croit pas du tout en la sincérité de la conversion de Kusayla et y voit plutôt un stratagème de ce dernier pour conserver son pouvoir.

C’est ainsi, semble-t-il, qu’il faille analyser la symbolique du sacrifice du mouton. Alors que pour `Uqba l’immolation du mouton est sacrée et s’inscrit dans la tradition arabe et rejoint le geste d’Ibrahim (Abraham) l’ancêtre des Arabes, il n’en est par de même pour le nouveau converti. En effet dans la culture ancienne berbère, le contact du sang est impur et cette tâche est avilissante et doit être opérée par des esclaves. Cette même attitude a été observée, jusqu’à ces derniers temps, en Kabylie où les métiers de la boucherie étaient souvent exercés par des étrangers ou par des réprouvés berbères qui devaient choisir entre le bannissement ou le métier de boucher. Aujourd’hui encore, en Kabylie, certaines familles sont frappées d’indignité parce que l’opinion publique affirme que l’un de leurs ancêtres fut un boucher.

Le conflit entre `Uqba et Kusayla illustre parfaitement le débat qui n’a cessé de diviser les Musulmans et qui oppose ceux, qui au nom du rigorisme, proclament que l’immersion dans l’Islam doit être totale et ceux qui soutiennent que l’on peut être musulman en conservant sa culture et sa tradition ancestrale. Aujourd’hui, le rituel du sacrifice du mouton de l’Aïd est unanimement accompli par les Musulmans magrébins. Il demeure que la coutume, la culture des populations ont profondément imprégné l’Islam. Malgré les nombreux mouvements religieux, intégristes et violents qui, tout le long des siècles, ont tenté d’imposer à tous les Musulmans du monde le retour vers un « Islam originel », la pratique religieuse est très différenciée d’une région à l’autre, d’un pays à l’autre.

_________________
Le pouvoir de l'amour ne doit jamais nous mener à l'amour du pouvoir.......
avatar
nIzLa
Les Rois du Forum

Masculin Nombre de messages : 5344
Age : 60
Localisation : en tout cas pas chez toi
Date d'inscription : 15/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par nIzLa le Jeu 2 Sep - 5:43

C'est un genre de texte qui fait réagir....qui appelle un débat
En veux-tu...en voila ....

De Boumriche Youba

LE HASHICH DE L’HISTOIRE

« Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens,
les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur. »
(Proverbe africain)
.
Ah, pauvres lions !
Ces quelques mots devraient bien nous aider, un jour, à comprendre et cerner le phénomène Histoire, et, surtout son écriture.
Djamel Souidi aurait dû, subrepticement, mettre comme en-tête de son
article un bref avertissement, de genre : « tout ce qui suivra est
truffé de lieux-communs produits par une longue Histoire truffée de
falsifications ! »
Ceci donnerait encore de crédit à de telles poudreuses insertions mille fois dites, écrites et redites.
De tout ce qui nous reste après mille et une falsifications, mensonges,
manipulations… d’une Histoire jamais enseignée : la vérité. Puisque
toute rimée par les vainqueurs. Avec, souvent, en prime des notes
piétistes qui cadrent et cachent mal les lauriers ensanglantés des
conquérants venus du Nord ou de l’Est pour les mêmes « objectifs » :
soumission et domination.
Les arguments importent peu. Les contes, itou. C’est trop mince à trop
vouloir esquinter son clavier pour nous dire pour quelle « raison » les
Romains ou les Arabes étaient-ils peuples si entêtés à vouloir conquérir
des territoires qui ne leur appartenaient pas; à ferrer des peuples qui ne
leur faisaient point de l’ombre.
Pour ma part, je crois que ce genre de débat a tout le droit d’être
lancé loin des attitudes passionnelles et autres considérations d’ordre
ethnique ou, pis, racial. Ce débat sur la « conquête » (je le redis : ce
mot brusque son monde ; je ne sais s’il en est l’équivalent de ce que
l’Histoire officielle écrit au nom de « foutouhat » ?) de l’Afrique du
Nord par les chefs musulmans est tout à fait légitime.
Donc, successivement, toute l’historiographie qui brasse cette période,
ou la précédente à celle-ci, devrait-être lue au conditionnel. Jamais
avec de édifiantes certitudes.
Il y a lieu de ne pas se fier aux contes de ceux considérés héritiers de
quelques vérités immuables (genre : Civilisation, Religion...) et autre
insultes à l’intelligence de toutes celles et tous ceux qui ne veulent
plus renifler les infâmes orduriers « légués » par des clercs
soldatesques bien placés pour « narrer » d’irraisonnables « événements »
où ils étaient, eux-mêmes, armés de lances, épées et cris guerriers...
En Histoire, de quelque part qu’on s’en tient ; le ridicule n’eut jamais écorné personne !
Nous sommes un peuple malade de sa propre vérité. Ceci est identique
partout où l’on refuse de débattre de son passé lointain comme du plus
récent. Là où les humeurs idéologiques combinent encore les avenirs et
les devenirs des peuples placés en un hors-jeu permanent.
Il fallait être explicite et possible à la fois. L’Histoire étant (lors
manipulée) un gouffre où l’on vient jeter les restes de toutes les
vérités dérangeantes, interdites ; celles de ceux qu’on nomme : vaincus.
Ailleurs, je ne suis point savant.
A l’origine, c’était le dévision. Et, toute conquête est dévision. Une violente repture.
Et la « conquête » de l’Afrique par les guerriers –on les appelle
moudjahidine- musulmans ne doit-elle donc pas se soustraire de ces
méprisables historiettes de prétendu conflit entre personnes bien
nommées !
N’est-il plus temps de poser les questions fondamentales ? D’aller
fouiner dans les archives des conquérants (s’ils, et seulement si,
existent toujours !). Puisque les conquis, (dire heureusement !) n’en
avaient pas, puisque peuplades de sauvageons sans civilisation ! ?
Existe-il de conquête de territoires, de la soumission de peuples… par
l’échange d’offrandes et de roses lauriers entre les belligérants ?
Ceux qui (surtout Algériens) écrivant, ou s’intéressant à cette aire
géographique qu’on nommait Afrique du Nord sont d’incorrigibles
cultistes toujours pressés de survoler mille et un EVENEMENTS pour
atteindre l’heure de 1830 avec les razzias et massacres des maréchaux
Gaulois !
Le reste, on le garde pour les… conteurs des souks hebdomadaires et autres hashichomans. A la bonne franquette !
Notre histoire n’est pas sujet de falsifications, mais de négations.
Produit de névrotiques de hautes voltiges idéologiques. Surtout celle
qui est en rapport liée d’avec l’avènement de l’Islam et des Musulman
(Arabes, Turcs…) en Afrique du Nord.
Et, ça continue !
Le concept de « œuvre positive de la Civilisation » ; il ne faut surtout
pas renâcler aux pieds de Madame la France, ce concept ne datte pas
d’hier matin !
Son enseignement dans nos bergeries fondamentalistes n’a jamais cessé.
Nos livres d’histoire sont au mieux que des manuels d’erreurs et de
mensonges parés d’absurdités et autres inepties aisément nuisibles aux
têtes blondines.
Alléluia !
« C’est ainsi que nous sommes devenus (nous le sommes) des victimes
involontaires des OBSCURITES. Je vois bien ce mot : obscurité. Ça
désigne un verbe d’état et d’action qu’aucune grammaire n’accepte
l’accueil ; la nôtre oui. Au quotidien. » Inconnu.
Ce qu’il y a du crédit.
Alléluia !
Une histoire enseignée à la sauvette ; cela donne ce que le commun
routard entend faire de son pacotille de mensonges. La continuité est
dûment assurée. Le mensonge (dire la « falsification ») est ornement
d’articles qui sentent la soif atrabilaire de dire le vrai dans une
société sans assise philosophie, sans éthique. Bah ! Une société sans
aucune métaphysique sinon légions en apparats de faux et fous dévots à
la bonne sauce de qui vous savez ! Puisqu’elle ne peut renoncer à ses
propres affabulations. Les fables, ça rassurait bien les simplets
d’esprit et autre gourous d’homo-apprentis.
« L’histoire, à condition de renoncer elle-même à ses faux airs
d’archange, doit nous aider à guérir de ce travers. Elle est une vaste
expérience de variétés humaines, une longue rencontre des hommes. La
vie, comme la science, a tout à gagner à ce que cette rencontre soit
fraternelle. […] »
Bloch (Marc), Apologie pour l’Histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1993.
C’en sera, ainsi. De notre Histoire. Mais à lire, et à suivre sonder
toute les eaux (saines ou pas) de ce que ce Passé fût. C’est le seul
prix que nos fraternités au-delà de toutes les diversités nous imposent à
être hommes d’aujourd’hui porteurs de l’intégrale « vérité historique. »

Avec toutes mes considérations.

_________________
Le pouvoir de l'amour ne doit jamais nous mener à l'amour du pouvoir.......
avatar
nIzLa
Les Rois du Forum

Masculin Nombre de messages : 5344
Age : 60
Localisation : en tout cas pas chez toi
Date d'inscription : 15/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par Benkad le Jeu 16 Sep - 1:30


Mohamed Arkoun,
l'intellectuel rejeté !





En Algérie, le mépris et l’indifférence sont devenus depuis des années les nouvelles armes fatales pour étouffer les voix dérangeantes des intellectuels et les contraindre à l’exil.

Durant toute sa vie bouillonnante, le regretté Mohamed Arkoun a «flirté» avec cette loi, la mort dans l’âme, si Algérienne. Et au fur des années, sa voix a été pratiquement interdite dans les cercles culturels officiels jusqu’à ce que la mort finisse par le rattraper dans son exil. Décédé, loin, très loin de son Algérie natale ensoleillée désormais par les nouvelles pensées salafistes et wahhabites, Mohamed Arkoun aura été donc exclu, de force, de la scène intellectuelle et culturelle Algérienne.

Honoré et célébré dans le monde entier, Mohamed Arkoun n’a jamais été aimé par les autorités de son propre pays et à leur tête, le ministère des Affaires Religieuses et le Ministère de la Culture. Ce n’est là un secret pour personne car depuis ces fameux colloques sur la Pensée Islamique organisés à partir de 1967 par le Ministère des Affaires Religieuses, les travaux, la pensée et les idées de Mohamed Arkoun ont rarement été accueillies favorablement par les Oulémas et les idéologues de l’Etat.

Les plus connaisseurs se rappellent tous de ce colloque organisé à Tlemcen en 1986 où Mohamed Arkoun fut hué et insulté pour son intervention sur l’Ijtihad dans l’Islam. Une intervention qui n’a jamais été du goût des cercles proches du Ministère des Affaires Religieuses indignés par la pensée novatrice et avant-gardiste d’un Mohamed Arkoun critique et pourfendeur des concepts figés du "Fiqh". D'ailleurs, même le prêcheur, si adulé aujourd'hui, Al-Qaradawi n'a pas hésité à l'époque de l'accuser d'"impiété" !

Depuis cette date, notre regretté intellectuel ne fera plus une apparition dans des manifestations culturelles nationales. Les critiques les plus violentes, et les moins élégantes aussi, ont fini par avoir raison de la sagesse de ce penseur qui se tournera plus tard vers les Universités Occidentales pour leur faire connaître une autre vision de l’Islam.

Et dans cette contrée du monde, on lui réserve un autre traitement, si différent de celui qui l'a connu dans son pays. D'une distinction à une autre, Mohamed Arkoun mettra carrément ses pieds dans la légende. Officier de la Légion d'honneur, il fut également officier des Palmes académiques. Au Royaume-Uni, l'université d'Exeter lui attribue ensuite le titre de docteur honoris causa. Mais en Algérie, ces récompenses n'auront jamais changé quelque chose à son statut d'intellectuel rejeté.

Et malgré la profusion de ces publications, L’Office des Publications Universitaires (OPU) n’a édité qu’à peine deux de ces ouvrages. Le fondateur de l’Islamologie Appliquée aura donc été sous tous les projecteurs de la répression intellectuelle et tout a été fait pour que ses thèses ne soient jamais lues et connues en Algérie. A n’en point douter, Mohamed Arkoun était très dangereux pour l’ordre établi qui voyait d’un mauvais œil sa remise en cause des affirmations autoritaires et dogmatiques d’une vérité religieuse intouchable.

Aujourd'hui qu'il est mort, le ministère de la Culture pourra au moins sauver son honneur en rééditant tous ces ouvrages pour les distribuer ensuite dans toutes les bibliothèques, enfin celles qui subsistent encore, de notre pays. L'Algérie n'a pas le droit d'enterrer une deuxième fois l'oeuvre d'un si grand penseur. Cela serait un véritable crime contre l'intelligence et le savoir...

Abderrahmane Semmar.
Source: El Watan.com - Jeudi 16 septembre 2010.

***
A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
Nous présentons nos condoléances attristées à sa petite, sa grande et sa très grande famille.
C'est une grande perte pour tous.
Salam.

_________________
"Être ou paraitre" ... that is the question ...
avatar
Benkad
Modératrice
Modératrice

Féminin Nombre de messages : 6184
Localisation : Soummam
Date d'inscription : 13/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.moussa-benazzouz.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par nIzLa le Jeu 16 Sep - 11:24

IL DEFENDAIT LE DIALOGUE INTERRELIGIEUX
Mort à Paris de l'islamologue algérien Mohamed Arkoun

AFP

Le Professeur Mohamed Arkoun, grand islamologue et "passeur" entre les religions, est mort mardi soir à Paris à l'âge de 82 ans, a annoncé le "curé des Minguettes" Christian Delorme, qui était un de ses proches. Il était professeur émérite d'histoire de la pensée islamique à la Sorbonne et un des initiateurs du dialogue interreligieux.

Mohamed Arkoun était né en 1928 à Taourirt-Mimoun, petit village de Kabylie, dans un milieu très modeste. Après avoir fréquenté l'école primaire de son village, il avait fait ses études secondaires chez les Pères Blancs à Oran, puis avait étudié la littérature arabe, le droit, la philosophie et la géographie à l'Université d'Alger. Grâce à l'intervention du Professeur Louis Massignon, rappelle Christian Delorme, il a pu préparer l'agrégation en langue et littérature arabes à la Sorbonne. Il a enseigné ensuite dans plusieurs universités puis en 1980, il a été nommé professeur à la Sorbonne nouvelle-Paris III, y enseignant l'histoire de la pensée islamique. Là, il a développé une discipline: l'islamologie appliquée.

Depuis 1993, il était professeur émérite de la Sorbonne. Il continuait d'intervenir par des conférences dans diverses universités à travers le monde. Mohamed Arkoun était convaincu que l'évènement historique de "la parole coranique devenue texte" n'avait pas bénéficié de l'intérêt scientifique qu'il méritait, et que d'immenses chantiers restaient à ouvrir. Pour lui, les "trois définitions de la révélation": la définition juive, la définition chrétienne et la définition musulmane ne pouvaient pas être dissociées, et leur étude apportait à chacune des éclairages salutaires.

En 2008, il avait dirigé la réalisation de l'"Histoire de l'islam et des musulmans en France du Moyen-Age à nos jours", un ouvrage encyclopédique auquel avaient participé de nombreux historiens et chercheurs (ed Albin Michel) qui racontait et expliquait une histoire commune et millénaire. "Le fil directeur, avait-il alors dit à l'AFP, n'est pas seulement de rappeler des faits ou des personnages mais de raconter l'histoire d'un regard, une histoire psychologique et culturelle des relations entre la France et l'islam". L'objectif est de former "la conscience civique, avec un regard historique critique des deux côtés sur tout ce qui s'est passé", pour aider à ce que le musulman ne soit plus un Autre mais un citoyen à part entière.(AFP)



Ben voila...il est parti ,sur la pointe des pieds le Mohamed Arkoun.....comme sont partis tant d'intellectuels algériens qui ont-à juste titre- refusé la chorba de la compromission.....Repose en paix Mohamed.....Paix que tu as toujours appelé......Ciao
PS: Le forum perd Mohamed Arkoum ......Mais (Re)gagne sa tata nationale

_________________
Le pouvoir de l'amour ne doit jamais nous mener à l'amour du pouvoir.......
avatar
nIzLa
Les Rois du Forum

Masculin Nombre de messages : 5344
Age : 60
Localisation : en tout cas pas chez toi
Date d'inscription : 15/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par Benkad le Mer 22 Sep - 14:59

Bonjour,

En même temps qu'une pieuse pensée pour Feu Mohamed Arkoun, je vous joins le lien vers l'émission où il a été l'invité de Ghaleb Bencheikh dans l'émission "Islam" sur France 2;
un très beau "passage" qui a été rediffusé ce dimanche et qui est vraiment à voir :
http://programmes.france2.fr/les-chemins-de-la-foi/index.php?page=article&numsite=42&id_rubrique=44&id_article=17879

Pour accéder à cette émission, il faut procéder ainsi:
france2.fr - programmes - les chemins de la foi- revoir les émissions- Islam.

Salam et bonne journée.
La tata qui n'est ni partie ni revenue ... qui remercie ceux qui ont demandé après elle et espère être pardonnée quand elle n'a pas répondu.


Dernière édition par Benkad le Ven 24 Sep - 11:48, édité 1 fois

_________________
"Être ou paraitre" ... that is the question ...
avatar
Benkad
Modératrice
Modératrice

Féminin Nombre de messages : 6184
Localisation : Soummam
Date d'inscription : 13/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.moussa-benazzouz.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par nIzLa le Ven 24 Sep - 1:58

Merci madame de reconnaitre vos erreurs ....dire que la tata nationale n'a jamais quitté le forum OUI.....vous avez raison!!!!
mais personne ne vous a traité de cela .
seulement vous vous êtes rendu compte ...et tant mieux
Et cela m'amène à dire ....et à redire
Bravo ..........................d'abord d'avoir compris ENFIN que vous n'avez jamais était traité de quelqu'un qui a quitté le forum.....mais ne pas quitté le forum c'est de participer ....et plus encore pour une Modératrice .....si c'est pour jeté un œil et puis partir...on appelle cela un visiteur...
N.B: le plus grave dans cela c'est que vous avez édité la phrase où vous dites à qui veux bien l'entendre
( et je l'ai bien entendu) que vous n'avez jamais quitté le forum...et votre position de modératrice ne permet pas à l'humble nIzla de retrouver vos messages où vous défendez Tarek Ramadane quant à Mohamed ARKOUN wallou que nini...................
Mais je suis heureux que vous rejoignez l'islam rationnel



Dernière édition par nIzLa le Ven 24 Sep - 10:52, édité 1 fois

_________________
Le pouvoir de l'amour ne doit jamais nous mener à l'amour du pouvoir.......
avatar
nIzLa
Les Rois du Forum

Masculin Nombre de messages : 5344
Age : 60
Localisation : en tout cas pas chez toi
Date d'inscription : 15/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par belhouchet le Ven 24 Sep - 2:37

Benkad a écrit:Bonjour,

En même temps qu'une pieuse pensée pour Feu Mohamed Arkoun, je vous joins le lien vers l'émission où il a été l'invité de Ghaleb Bencheikh dans l'émission "Islam" sur France 2;
un très beau "passage" qui a été rediffusé ce dimanche et qui est vraiment à voir :
http://programmes.france2.fr/les-chemins-de-la-foi/index.php?page=article&numsite=42&id_rubrique=44&id_article=17879

Pour accéder à cette émission, il faut procéder ainsi:
france2.fr - programmes - les chemins de la foi- revoir les émissions- Islam.

Salam et bonne journée.

l'intelligibilite de la foi .... un pur moment de plasir..... merci!!


_________________
Bougie Bougie belle ville ou je suis ne croyez moi je suis fiere de porter les initiales JSMB et les couleurs que vous voyez sur les cotes le vert et rouge

http://saldae.myminicity.fr/ind
avatar
belhouchet
Les Rois du Forum

Masculin Nombre de messages : 1782
Age : 43
Localisation : Alger
Date d'inscription : 19/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par Benkad le Ven 24 Sep - 11:47

nIzLa a écrit:
Merci madame de reconnaitre vos erreurs ....dire que la tata nationale n'a jamais quitté le forum OUI.....vous avez raison!!!!
mais personne ne vous a traité de cela .
seulement vous vous êtes rendu compte ...et tant mieux
Et cela m'amène à dire ....et à redire
Bravo ..........................d'abord d'avoir compris ENFIN que vous n'avez jamais était traité de quelqu'un qui a quitté le forum.....mais ne pas quitté le forum c'est de participer ....et plus encore pour une Modératrice .....si c'est pour jeté un œil et puis partir...on appelle cela un visiteur...
N.B: le plus grave dans cela c'est que vous avez édité la phrase où vous dites à qui veux bien l'entendre
( et je l'ai bien entendu) que vous n'avez jamais quitté le forum...et votre position de modératrice ne permet pas à l'humble nIzla de retrouver vos messages où vous défendez Tarek Ramadane quant à Mohamed ARKOUN wallou que nini...................
Mais je suis heureux que vous rejoignez l'islam rationnel

J'avais écrit "La tata qui n'est ni partie ni revenue ... qui remercie ceux qui ont demandé après elle et espère être pardonnée quand elle n'a pas répondu" ...

Je remets cette phrase à sa place sur mon précédent message sans vouloir t'embêter nizla ...
Quant à "rejoindre l'Islam rationnel", je ne peux pas répondre; je suis sur le départ ... vers Alger ...
et après le temps aura passé ...
mais le forum en est plein ...
J'aurais préféré que tu parles du contenu de la vidéo qui et super belle et significative ...
Salam l'ami.
Salam à tous.

_________________
"Être ou paraitre" ... that is the question ...
avatar
Benkad
Modératrice
Modératrice

Féminin Nombre de messages : 6184
Localisation : Soummam
Date d'inscription : 13/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.moussa-benazzouz.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par nIzLa le Ven 24 Sep - 12:01

Ma dernière phrase concerne la vidéo ....justement Trilongue
Sinon bonne route ....

_________________
Le pouvoir de l'amour ne doit jamais nous mener à l'amour du pouvoir.......
avatar
nIzLa
Les Rois du Forum

Masculin Nombre de messages : 5344
Age : 60
Localisation : en tout cas pas chez toi
Date d'inscription : 15/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par Benkad le Dim 26 Sep - 1:10

belhouchet a écrit:
Benkad a écrit:Bonjour,

En même temps qu'une pieuse pensée pour Feu Mohamed Arkoun, je vous joins le lien vers l'émission où il a été l'invité de Ghaleb Bencheikh dans l'émission "Islam" sur France 2;
un très beau "passage" qui a été rediffusé ce dimanche et qui est vraiment à voir :
http://programmes.france2.fr/les-chemins-de-la-foi/index.php?page=article&numsite=42&id_rubrique=44&id_article=17879

Pour accéder à cette émission, il faut procéder ainsi:
france2.fr - programmes - les chemins de la foi- revoir les émissions- Islam.

Salam et bonne journée.

l'intelligibilite de la foi .... un pur moment de plaisir..... merci!!

Merci à toi; contente que tu aies apprécié.

_________________
"Être ou paraitre" ... that is the question ...
avatar
Benkad
Modératrice
Modératrice

Féminin Nombre de messages : 6184
Localisation : Soummam
Date d'inscription : 13/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.moussa-benazzouz.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par Benkad le Dim 26 Sep - 1:41

nIzLa a écrit:
Ma dernière phrase concerne la vidéo ....justement Trilongue
Sinon bonne route ....
C'est çà; rejoindre la rationalité de l'Islam alors que j'ai passé mon temps à parler cette rationalité ...
Merci pour la route.

_________________
"Être ou paraitre" ... that is the question ...
avatar
Benkad
Modératrice
Modératrice

Féminin Nombre de messages : 6184
Localisation : Soummam
Date d'inscription : 13/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.moussa-benazzouz.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par nIzLa le Dim 26 Sep - 1:57

Benkad a écrit:
nIzLa a écrit:
Ma dernière phrase concerne la vidéo ....justement Trilongue
Sinon bonne route ....
C'est çà; rejoindre la rationalité de l'Islam alors que j'ai passé mon temps à parler cette rationalité ...
Merci pour la route.

En défendant tarek ramadane?????? En déniant le droit à Forest de contrer l'intégriste tarek ramadane en la traitant d'illustre inconnue...Alors qu'aujourd'hui FOZ l'a choisi comme chroniqueuse dans son émission culturelle sur France 2......Allons madame....
on ne peut pas être rationnelle et ignorer MED ARKOUN et Prendre position avec tarek ramadane et traiter Forest d'illustre inconnue.........LA PAR PREUVE le temps qui passe ......

_________________
Le pouvoir de l'amour ne doit jamais nous mener à l'amour du pouvoir.......
avatar
nIzLa
Les Rois du Forum

Masculin Nombre de messages : 5344
Age : 60
Localisation : en tout cas pas chez toi
Date d'inscription : 15/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par MIM0U le Dim 26 Sep - 2:18

intégriste??? pourquoi??? parsk il défend sa religion?? parsk il est contre la laïcité et l’homosexualité ?? parsk il défend le voile?? parsk il revendique le droit des musulmans en Europe?? parsk il est pour le dialogue inter religieux ??
Je vois pas que signifie le mot intégrisme pour vous
avatar
MIM0U
Forumiste de l'Année
Forumiste de l'Année

Masculin Nombre de messages : 9203
Age : 33
Localisation : Saldae
Date d'inscription : 10/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.ultrasjokers.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: CEUX QUI LAISSENT DES TRACES........POSTERITE

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum